« Muse, Honor Di Parnasso »

Qui sont véritablement les neuf Muses du Mont Parnasse ? Filles de Zeus et Mnémosyne elles servent d’intermédiaires entre les artistes et les dieux, Euterpe la musique, Terpsichore la danse, Thalie la comédie, Melpomène la tragédie, Calliope l’éloquence de la poésie épique, Polymnie la rhétorique, Erato la poésie lyrique, Clio l’histoire et enfin Uranie l’astronomie.
Inspiratrices des compositeurs de la génération du premier baroque, c’est au travers des plus belles pages de compositeurs, connus (Monteverdi) ou méconnus, que La Fenice leur rend hommage.

La Fenice

La Fenice est le nom emprunté par un groupe de musiciens réunis depuis 1990 par le cornettiste Jean Tubéry, animés du désir de faire partager leur passion pour la fastueuse musique vénitienne du XVIIe siècle, tout en la révélant dans son extraordinaire vitalité. Le répertoire de l’ensemble s’étend néanmoins sur toute l’Europe, et couvre plus de deux siècles de musique.

Fanie Antonelou, soprano
Olivier Coiffet, ténor
Jean Tubéry, Sarah Dubus, cornets à bouquin et flûtes
Stéphanie Pfister, Sue-Ying Koang, violons et alto baroques
Keiko Gomi, violoncelle baroque
Diego Salamanca, théorbe et guitare baroque
Mathieu Valfré, clavecin et orgue positif

« Muse, Honor Di Parnasso »

Qui sont véritablement les neuf Muses du Mont Parnasse ? Filles de Zeus et Mnémosyne elles servent d’intermédiaires entre les artistes et les dieux, Euterpe la musique, Terpsichore la danse, Thalie la comédie, Melpomène la tragédie, Calliope l’éloquence de la poésie épique, Polymnie la rhétorique, Erato la poésie lyrique, Clio l’histoire et enfin Uranie l’astronomie.
Inspiratrices des compositeurs de la génération du premier baroque, c’est au travers des plus belles pages de compositeurs, connus (Monteverdi) ou méconnus, que La Fenice leur rend hommage.

La Fenice

La Fenice est le nom emprunté par un groupe de musiciens réunis depuis 1990 par le cornettiste Jean Tubéry, animés du désir de faire partager leur passion pour la fastueuse musique vénitienne du XVIIe siècle, tout en la révélant dans son extraordinaire vitalité. Le répertoire de l’ensemble s’étend néanmoins sur toute l’Europe, et couvre plus de deux siècles de musique.

Fanie Antonelou, soprano
Olivier Coiffet, ténor
Jean Tubéry, Sarah Dubus, cornets à bouquin et flûtes
Stéphanie Pfister, Sue-Ying Koang, violons et alto baroques
Keiko Gomi, violoncelle baroque
Diego Salamanca, théorbe et guitare baroque
Mathieu Valfré, clavecin et orgue positif

Fermer le menu